©2019 by Fondation La Violette. Proudly created with Wix.com

NOTRE HISTOIRE

" En hommage à notre mère, nous avons décidé de créer un Fondation à son nom afin de lui permettre de poursuivre, à titre posthume, sa passion qu'était l'art. Forts de constater les bienfaits que la pratique d'un art pouvait apporter à une personne atteinte de maladie, nous avons souhaiter encourager toute initiative utilisant l'expression artistique comme levier thérapeutique"

Emmanuelle, Benoit et Owen

Pour comprendre l’importance que revêt l’art pour la Fondation la Violette, il faut revenir à la raison de sa création: honorer la mémoire de notre mère Christine Tesch-Goblet d’Aviella décédée en 1997.


Christine, née le 8 novembre 1951 a Uccle, Bruxelles, a, tout au long de sa vie, été passionnée par l’art. Passion qu’elle partageait avec son frère Patrick Goblet d’Alviella, aujourd’hui un artiste reconnu.

Son œuvre consiste surtout de peintures aquarelle illustrant des maisons où elle a vécu à différents moments de sa vie ainsi que des maisons d’amis qu’elle peignait à leur demande.


Ses premières œuvres illustrent son enfance à Court-St-Etienne où elle passa ses weekends en compagnie de ses frères Richard, Patrick et Michael. C’est dans ce cadre idyllique qu’elle développe son sens aigu de l’observation qui lui permet, appareil photo à la main, de capturer des instants d’une beauté magique.


Ensuite ses études en Angleterre et à Paris.


Mais c’est sans doute aux Etats-Unis, dans les Catskills, paysage de collines au nord de New-York que Christine va réaliser quelques-uns de ses plus beaux tableaux. Ceux-ci sont le témoignage silencieux d’une période merveilleuse dans la vie de Christine. C’est là, entourée de nombreux amis, au cœur d’une nature magnifique, qu’elle rencontre François Tesch, originaire du Luxembourg, qu’elle épousera en 1981.

Ils s’installent à Luxembourg en 1983. De leur union naissent Benoit (1981), Emmanuelle et Owen (1984). En 1992, peu de temps après avoir emménagé dans leur nouvelle maison, les médecins diagnostiquent chez Christine un cancer. Le pronostic vital sera sans appel. Malgré tout, Christine se bat avec une force et un courage exemplaire pendant 5 ans.


Pendant ce long combat, Christine a continué de peindre ses sujets de prédilection comme les maisons et les paysages illustrant son attachement à la famille et aux plaisirs simples de la vie à la campagne. Ces passions l’animeront jusqu’au bout.

Le style de Christine se caractérisait par un souci du détail et une volonté de retranscrire au travers de portraits de maison, une atmosphère de douce quiétude où se mélangent le rêve et la réalité.


Christine signait toujours ses tableaux d’une violette.